À L’Arche L’Étoile… On fête quoi ?

MichelPageMOT DU PRÉSIDENT DU COMITÉ DES FÊTES DU 40e ANNIVERSAIRE,

MICHEL PAGÉ

Dans une de ses nombreuses entrevues, Jean Vanier expli-quait au journaliste, qu’au début il n’avait aucune idée de l’ampleur que prendrait L’Arche à travers le monde. Lorsqu’il a acheté une petite maison à Trosly-Breuil, près de Compiègne, pour vivre avec Raphael Simi et Philipe Seux, deux personnes avec un handicap intellectuel vivant dans un institut pour malades mentaux, il ne pouvait se douter que plus de cinquante ans plus tard, L’Arche serait présente sur les cinq continents. Au début, les gens de Trosly lui apportaient des repas et l’aidaient dans différentes tâches ménagères. Peu à peu, des bénévoles se joignirent à lui pour l’accompagner dans sa tâche.

Ce qui faisait sens au début et qui fait encore sens aujourd’hui c’est cette relecture de cette expérience de vie avec des personnes ayant un handicap intellectuel. Un projet communautaire dans lequel la personne avec un handicap est appelée à développer ses dons. La personne y prend une place centrale.

Ce projet initial de Jean Vanier en 1964 est encore vrai aujourd’hui et c’est cela que l’on fête !

Bien sûr, on pourrait célébrer l’audace des fondateurs de L’Arche L’Étoile qui, comme Jean, ne pouvaient se douter que l’on fêterait ce 40e aujourd’hui. D’un seul foyer sur la rue Eymard, L’Arche L’Étoile est passé à quatre foyers et à un Centre de jour qui offre du répit aux parents de personnes vivant avec un handicap. Il fallait avoir foi dans cette mission car L’Arche était vulnérable financièrement et le demeure encore aujourd’hui.

Ce que l’on célèbre surtout, c’est le dévouement de dizaines d’assistants et bénévoles qui ont cru dans la mission de L’Arche et y ont consacré leur énergie et partagé leur amour des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Dans une période où l’on recherche la performance, L’Arche offre un tout autre regard sur le monde.

Michel Pagé

Ce contenu a été publié dans arche. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.